Tante - une fanfiction de Morglaz : Chapitre 8

mercredi 10 janvier 2018
par  Dark Funifuteur
popularité : 8%

Morglaz nous partage le huitième chapitre de la fanfiction mettant en scène ses personnages :
le Chapitre 1 est disponible ici
le Chapitre 2 : ici
le Chapitre 3 : ici
le Chapitre 4 : ici
le Chapitre 5 : ici
le Chapitre 6 : ici
le Chapitre 7 : ici

CARGO L’INSONDABLE, Route d’Hydian.

Ça fait plusieurs heures que l’Insondable se laisse porter, croisant à une allure tranquille au milieu des étoiles. Za’Ash est installé à son poste de pilotage, calculant ses itinéraires, Jack à son côté, tandis qu’Ailein est postée derrière son siège, surveillant ses moindres faits et gestes sans broncher.

- On arrive quand ?

Azavel lance cette question enfantine en déboulant dans le poste qui était pourtant si calme sous la houlette d’Ailein, ce qui vaut à Jack un sursaut de surprise.

- Pas tout d’suite, gamine, répond Za’Ash, concentré sur ce qu’il fait. Accroche toi, j’vais pas tarder à envoyer la sauce, on va entrer sur l’Hydian.

La main posée sur une manette, le Twi’lek ne se retourne toujours pas, ce qui vexe manifestement la fillette, en plus de l’absence de réponse concrète à sa question précédente. Boudeuse, celle-ci va s’asseoir sur un des sièges de la cabine, les bras croisés et les sourcils froncés. Il s’agit d’un fauteuil fort sale, bruni par la poussière et la crasse, adossé à la paroi droite de la cabine, derrière Za’Ash.

- J’ai dit de t’accrocher, Az’, alors fais le, accroche-toi.

Aven n’a pas eu besoin de jeter un oeil par dessus son épaule pour savoir que la petite tête blonde s’était renfrognée et ne s’était pas attachée d’une quelconque manière à son siège. Pourtant, même Ailein a posé une main sur le dossier du siège du pilote afin de ne pas se laisser déséquilibrer pour la secousse imminente.

- Tant pis pour toi, poursuit-il, ne viens pas te plaindre si tu te taules.

Sur ces mots, il pousse la manette à fond. Le cargo s’ébranle et semble alors passer dans une autre dimension : Les étoiles s’étirent bizarrement, ne formant plus que des lignes lumineuses qui glissent le long des baies du vaisseau. Les passagers, eux, sont scotchés à leurs sièges pour les uns, secoués pour les autres. Azavel, quant à elle, si petite et légère, valse sur le côté, emportée par la force de cette soudaine vitesse : car, en effet, Za’Ash vient d’enclencher l’hyperdrive, passant en vitesse lumière.

En quelques secondes tout le monde est de nouveau sur pieds, comme si rien n’était arrivé, alors que le cargo file toujours dans l’espace à une vitesse fulgurante. Le Twi’Lek se retourne en ricanant pour voir Azavel se relever, toute ébouriffée. Elle passe le plat de la main sur son visage, du menton jusqu’au front, manière maladroite de pousser ses cheveux du devant de ses yeux. L’air hagard, elle regarde l’assistance.

- On arrive bientôt ? s’enquit-elle finalement.

- D’ici quelques heures, oui.

- Où on va ?

- On va voir ma tante.

- C’est qui ?

- La ferme Az’.

Za’Ash conclut ainsi la discussion, avec un petit sourire en coin, et la fillette, d’abord interloquée, quitte les lieux après un instant de flottement. Les questions d’une gamine, très peu pour lui. Elle est mignonne, elle ne mange pas trop, elle a du potentiel ne serait-ce que par le fait qu’elle est minuscule, mais il ne faut pas pousser. Za’Ash est un homme, un vrai, avec un côté hors-la-loi qui ne l’autorise pas à faire trop de sentimentalisme, d’ailleurs, il adore lui dire "La ferme, Az’ ". Il se trouve déjà assez sympathique comme ça. C’est vrai : Il n’est pas menaçant, souvent arrangeant, presque honnête, en somme... Il a même pris sous son lekku une fille dont il avait malencontreusement tué les parents.

-

CARGO L’INSONDABLE, marge de la route commerciale de l’Hydian

Après un voyage rythmé par les apparitions d’Azavel dans la cabine, le Cargo quitte la route de l’Hydian et retrouve une vitesse de croisière ; on peut enfin admirer une image stable à travers les vitres.

- Voilà, on va croiser pépère jusqu’à Ma Tante, c’est l’affaire d’une journée ou deux.

- Hein, s’exclame Azavel, choquée et manifestement pas de cet avis. Deux jours ?

- Bienvenue à bord !

Elle lève les yeux au ciel et s’affale sur son siège, l’air désespéré.

- Allez j’vous fais un topo, mais bon j’vous redirai ça quand on sera sur le point de débarquer de toute façon. On débarque chez Ma Tante, et là on va r’faire un petit plein de tout ce qu’il nous faut à moindre coût donc Jack, je compte sur tout le monde pour faire la logistique. Et les courses. On va aussi se recharger en carburant pour la suite. On ira à Comète et là j’vous laissera tous prendre une journée de calme. Enfin, tous, évidemment vous les p’tits potes avec vos colliers électriques vous resterez là j’voudrais pas qu’on risque de vous prendre pour ce que vous n’êtes pas. Et tant qu’on sera à Comète, on essaiera de se dégoter deux ou trois petits contrats. J’suis sûr qu’ils sont en rade de chiens...

Il conclut par un petit sourire. Tandis que Jack et Ailein acquiescent, Azavel, elle, ne semble pas avoir compris un traître mot sorti de la bouche du Twi’Lek.

- Et ta tante, demande-t-elle, innocente.

- J’t’expliquerai, soupire Aven’Za’Ash.

On entend Ailein, qui laisse échapper un petit rire. Son rire est mignon, aigu et discret, très féminin. Ca change et détonne de son attitude si froide et si fermée.

-

C’est après un peu plus d’une journée que la destination apparaît enfin. Une planète se détache sur l’infinie noirceur de l’espace, et devant elle, une petite lune : Il s’agit de Thassia, un monde fermé, solitaire, quasiment inconnu, rebut de la route hyperspatiale de l’Hydian. Peu de pilotes s’aventurent loin des routes hyperspatiales, qui sont des itinéraires de confort pour les sauts en vitesse lumière : Ces chemins dégagés présentent un risque négligeable de rencontrer des masses en cours de routes, et rencontrer un objet alors qu’on navigue à très grande vitesse peut mener à la désintégration pure et simple du bâtiment. Ainsi, on a déterminé des axes de voyage, et la route de l’Hydian en fait partie. Thassia n’est pourtant pas si loin de la route, mais sa position dans la galaxie est peu enviable : C’est presque la seule planète connue du secteur, le secteur Meram, et elle se situe dans la Bordure Extérieure, bien loin des traditionnels secteurs florissants et trop près des lieux sombres de la galaxie.

Mais ce n’est pas Thassia qui intéresse le capitain Za’Ash, plutôt la lune de Thassia : Maha Tent, dite "Ma tante". Maha Tent est l’un des lieux les plus prisés de tous ceux qui ne veulent pas vivre sous le joug d’une quelconque entité politique : Cette lune ne répond à aucune autorité et n’est peuplée que de réfugiés émigrés, de chercheurs d’or qui poursuivent le rêve d’une vie libre sans contrainte et de toutes sortes d’opportunistes. Maha Tent est la lune de Thassia est sa géographie est des plus étonnantes : sur ce minuscule corps céleste, au paysage principalement glaciaire, on trouve une seule mer parsemée d’îlots, comme un immense cratère ensoleillé digne des plus belles plages de Rishi. C’est un lieu d’asile et d’échange, dont la capitale, Comète, se situe au milieu de l’archipel. Les principales villes se concentrent sur le littoral et d’interminables ponts connectent les îles entre elles. Mais plus on s’éloigne de l’eau et plus la civilisation est rares, à cause des conditions difficiles de l’endroit. Il faut dire que si le paysage est si particulier, il y a une raison : C’est que les rythmes de révolutions de Maha Tent et de Thassia sont étonnamment accordés. Ainsi, c’est toujours la même face de Maha Tent qui est tournée vers Thassia, et toujours la même donc qui est tournée vers le reste de l’espace et donc vers la lumière, d’où l’ensoleillement de la région de l’archipel ayant permis une fonte des glaces. L’autre côté de la lune est, par opposition, le plus froid.

En outre, et de la même manière, une région entière de Thassia est constamment plongée dans l’obscurité.

Ce qui est pratique avec Maha Tent, c’est que n’importe qui se faisant contrôler ou ne voulant pas révéler ses plans à son entourage n’a aucun mal à se trouver un alibi s’il est pris de court : Il peut dire qu’il va chez sa tante, car le nom de la lune se prononce comme le nom du membre de la famille. C’est utile comme nom de code lorsque des contrebandiers discutant sur Nar Shaddaa cherchent un pied à terre à l’abri. Personne, sauf ceux qui sont au parfum, ne peut vous pister. A la limite, il se rendront chez la véritable tante de celui qu’ils poursuivent, si tant est qu’il en ait une...

Enfin, du fait de son éloignement des mondes du Noyau et des autorités qui vont avec, Maha Tent est une aubaine pour quiconque cherche à se faire oublier ou à mener des activités répréhensibles, tout en restant relativement accessible du fait de sa proximité avec la route commerciale d’Hydian. C’est d’ailleurs un autre point fort de Maha Tent : Si la majeure partie de la galaxie ignore son existence, les pirates, eux, en ont fait un pied à terre de choix...

- C’est là chez ta tante, Twi’Lek ?

- La ferme, Az’.

À suivre...

© Morglaz McLeod


Portfolio

JPEG - 988.2 ko

Commentaires