Mise au point - une fanfiction de Morglaz : Chapitre 13

lundi 27 août 2018
par  Dark Funifuteur
popularité : 13%

Morglaz nous partage le treizième chapitre de la fanfiction mettant en scène ses personnages :
le Chapitre 1 est disponible ici
le Chapitre 2 : ici
le Chapitre 3 : ici
le Chapitre 4 : ici
le Chapitre 5 : ici
le Chapitre 6 : ici
le Chapitre 7 : ici
le Chapitre 8 : ici
le Chapitre 9 : ici
le Chapitre 10 : ici
le Chapitre 11 : ici
le Chapitre 12 : ici

Cargo L’Insondable

Naakla, Aven’Za’Ash et Ailein regagnent leur cargo, dans une ambiance des plus étranges, et silencieuse, pour ne pas changer : Le capitaine ne cache que difficilement sa contrariété, même s’il aimerait mieux faire bonne figure. Comme il est loin, le temps où, joyeux et presque insouciant, il taquinait Ailein entre deux escales ! Maintenant, il a une fillette à charge, une sangsue dans les pattes et une Ailein à temps plein en cavale.

Naakla, bien qu’un peu nerveux, se veut souriant. Crispé, mais souriant. Il sait qu’il a forcé la situation et semble désormais vouloir s’employer à rétablir un climat plus amical entre eux tous. Ou, en tout cas, tente de faire comme si tout allait bien... Il est loin le temps où il se battait épaule contre épaule avec ses semblables, où il blaguait en plein combat et avait pour seule préoccupation majeure que de faire briller sa visière.

Ailein, quant à elle, n’a pas soufflé mot depuis la scène de Naakla. Elle est restée plus froide encore que d’habitude, comme quand quelque chose la tracasse.

Et quelque chose la tracasse.

Pour une raison qu’elle ignore elle a accordé une confiance démesurée à ce prétendu "ex-mandalorien", mais dans la précipitation elle a omis de le juger réellement. Est-ce son air charmeur, son magnifique visage d’humain, son imposante armure ou bien son bagout qui l’ont distraite ? Était-ce l’impression qu’il était un rayon de soleil au milieu du brouillard de l’inconnu qui l’a aveuglée ? Il est loin, le temps où, agent qualifiée, elle martyrisait Za’Ash de ses silences et analysait minutieusement chaque être vivant qui se trouvât dans son champ de vision.

Ailein s’en veut, maintenant. D’avoir voulu croire, un instant, à la bienveillance, à la sympathie et à l’image d’un humain tombé du ciel. Elle s’en veut d’avoir tenté d’être un peu plus simple. Elle s’en veut de l’avoir laissé franchir les limites, de l’avoir laissé s’introduire dans son espace vital et de n’avoir pas compris la supercherie quand il a pris sa main. Elle observe ladite main, muette, puis elle serre le poing, de rage et de honte, avant de disparaître dans sa cabine.

Assis à son fauteuil, scrutant le noir de l’espace, Za’Ash se voit soudain déranger par Naakla et Jack. Le beau-parleur a eu vite fait de se mettre l’humain dans la poche. Jack semble tout à fait ravi d’avoir un autre humain à bord, en dehors de la petite Vel... Le Twi’lek, lui, serre le poing en voyant arriver le parasite.

- J’peux t’aider ?

- Ecoute, cap’taine. J’lui ai rien fait à ta Ailein mais...

- Qu’es-ce que tu veux ? Que je te donne ma cabine ? Mon vaisseau ? Quoi d’autre encore ?

- Calme toi, j’essaie d’avoir une discussion avec toi là, une discussion intelligente, si tu vois c’que je veux dire !

- Ouais, et je suis pas d’humeur.

- Mais de toute façon dès que tu me vois t’es pas d’humeur... Alors écoute moi, non ?

- Toi, écoute ! A cause de toi Ailein a régressé, t’as pas idée des mois qu’on a passé ensemble elle et moi, et des mois qu’il a fallu pour qu’elle devienne ce qu’elle était avant de te rencontrer, et en plus de ça on va devoir user du carburant pour tes petites affaires, on n’a pas pu se trouver de contrat parce qu’elle t’a mis le grappin dessus, bref, on avait tout à gagner en venant sur Maha, et voilà où on en est !

Naakla fronce les sourcils en secouant la tête, Jack, lui, s’éclipse dès que le ton monte.

- On peut vraiment pas discuter avec toi, pique le mandalorien avant de quitter le poste de pilotage.

A peine en est-il sorti qu’il entre littéralement en collision avec un feu-follet à crinière blonde. Azavel, qui chahutait dans le couloir, n’a pas vu sortir le grand Mandalorien tout caparaçonné de la tête aux pieds. Elle tombe en arrière, cheveux dans les yeux, et lorsqu’elle les écarte avec le plat de la main, elle écarquille les yeux. Les animaux, les bêtes à dents, à griffes, à becs, à crocs, ça, elle connait. Les bestioles gluantes des marais, les rapaces, les dragons, les vénéneux, les prédateurs, ça, elle en a vu passer. Mais les guerriers en armure, blaster à la taille, elle n’en voit jamais, et surtout pas de si près. Elle pousse un gémissement effrayé, qui alerte immédiatement Za’Ash, lequel se précipite pour lui porter secours. Voyant l’enfant à terre, il se jette sur elle pour la prendre dans ses bras et, relevant la tête vers Naakla, jette un regard noir à ce dernier. Ledit Naakla reste interdit, levant un sourcil étonné : Une fillette sur un cargo de chasseurs ?

- Faudra que tu m’expliques ça...

- J’te cause pas, répond froidement le Twi’Lek, emportant Azavel dans l’aile de l’équipage, où il la déposera dans son caisson.

- C’est qui lui ? Pourquoi il est là ? s’enquit-elle en chemin.

- C’est un copain de ta tante Ailein. Naakla. Mais reste loin de lui, il est dangereux.

- Pourquoi ?

- Bah, parce qu’il a un pistolet.

- Et toi t’as un pistolet ?

- Ouais, mais moi je m’en sers pas pour tuer des gens.

- Pourquoi ?

- Parce que tuer des gens c’est pas bien.

- Pourquoi ?

- La ferme Az.

- T’es vraiment pas gentil.

- Oui, on n’a pas arrêté de me le répéter aujourd’hui, Az. J’commence à être au courant.

- Quand est-ce qu’on sort de là ?

Elle le regarde d’un air désespéré qui ne peut empêcher le capitaine de fondre devant ces yeux implorants.

- J’en sais rien, petite. Bientôt. Il faut juste... Qu’on se trouve des clients. T’as une idée toi ? Où est-ce qu’on pourrait aller ?

- Chez ta cousine ?

- Quelle cousine ?

Elle hausse les épaules d’un air rieur.

- Ah ouais ok, ma tante, ma cousine, j’ai saisi bravo. Super. Bravo l’aide hein, on peut pas compter sur toi !

Az change d’air, et prend cette fois une mine contrariée. Impossible pour le Twi’lek de l’ignorer.

- Non mais, j’rigole. Regarde mon visage, je souris, ça veut dire que je rigole, dit-il en forçant un sourire pour mieux l’embobiner. Grimace approximative auquel l’enfant répond par un sourire approbateur. Mission accomplie pour le Twi’lek qui soupire, ordonne à sa pupille d’aller dormir afin d’être libéré de ses obligations de tuteur et des incessantes questions de ce petit être vivant, lui conseillant toutefois de s’adresser à Jack ou Ailein la prochaine fois qu’une interrogation la titillera.

- Twi’lek !

C’est encore Naakla qui hèle Za’Ash.

- Mais quoi encore !

- Écoute moi ! Il va falloir qu’on bouge assez rapidement, et la dernière piste de l’exécuteur qui s’est tiré remonte à...

- Naakla, je trouve ça formidable que le cercle des exécuteurs de Maha-Tent marche bien pendant des décennies sans la moindre vague et que comme par hasard, tu arrives le jour où l’un d’entre eux fout le camp !

- Hé, ho, ça fait des semaines que je tourne en rond à Comète à guetter mes arrières pour que les mes anciens camarades ne me choppent pas... C’est trop compliqué à expliquer.

- De toute façon je m’en tape de tes histoires, mais t’es louche depuis le début et ça ne me plaît qu’à moitié d’avoir tes sales bottes dans mon cargo.

- T’es pas obligé de me rendre ce service...

- Tu sais parfaitement qu’il est trop tard pour reculer mais tiens toi à carreaux : t’es pas le premier que j’enverrais dans l’espace par une capsule...

- Je ne dors jamais.

- Sauf sous anesthésiant !

L’échange devient, comme toujours, de plus en plus électrique entre le Twi’lek et l’humain. Les regards sont noirs, défiants, les mâchoires, serrées, et les mains à la crosse du blaster. C’est Naakla qui relâche la pression, croisant les bras et détournant nonchalamment les yeux vers un mur.

- De toute façon, Twi’Lek, j’venais seulement te dire qu’il faudrait qu’on bouge de ce secteur et qu’on commence à partir vers le coin des Hutts. Y’a que par là qu’un mec qui connaît Maha-Tent se dirigerait, là où bien la Bordure Extérieure, mais c’est encore plus loin donc... Autant commencer par le secteur Hutt...

- Super, si tu pouvais avoir un peu plus de renseignements ça aiderait parce que je vais pas ratisser chaque lune, chaque planète et chaque astéroïde de cette galaxie pour tes beaux yeux ou ceux d’Ailein... Si jamais elle a des yeux, d’ailleurs... Ah et en attendant que tu te renseignes auprès de tes contacts, parce que je suis sûr que tu en as, on ira faire mes propres missions et trouver des contrats pour que je puisse un minimum rentrer dans mes frais... Parce que j’ai cru comprendre que t’allais pas nous rémunérer, en plus de tous les problèmes que tu vas nous causer.

- C’est bon calme toi ! J’te signale que des contacts, j’en ai plus, si je prends contact avec des informateurs ils risquent de me balancer...

- Débrouille toi. On va là où moi j’aurai décidé d’aller, alors oui, on va prendre la direction de l’espace Hutt s’il le faut mais on va faire des escales... Parce que t’es pas ma priorité. Et puis tant que t’es en fuite avec moi, il me semble que t’es pas entre les mains de tes poursuivants, hm ?

- Oui, c’est sûr que ça peut durer des années, cette cavale, mais je suis pas fan des huis-clos.

- Tu t’es embarqué là dedans tout seul, mon vieux. Ah, et, en passant, à bord de mon cargo, tu m’appelles "Capitaine", ou Aven’Za’Ash. Pigé ?

- Hm
À suivre...
© Morglaz McLeod


Commentaires