Aller-retour - une fanfiction de Morglaz : Chapitre 17

vendredi 15 mars 2019
par  Dark Funifuteur
popularité : 8%

Deuxième chapitre de la seconde partie de la fanfiction mettant en scène les personnages de Morglaz, voici le dix-septième chapitre :
le Chapitre 1 est disponible ici
le Chapitre 2 : ici
le Chapitre 3 : ici
le Chapitre 4 : ici
le Chapitre 5 : ici
le Chapitre 6 : ici
le Chapitre 7 : ici
le Chapitre 8 : ici
le Chapitre 9 : ici
le Chapitre 10 : ici
le Chapitre 11 : ici
le Chapitre 12 : ici
le Chapitre 13 : ici
le Chapitre 14 : ici
le Chapitre 15 : ici
le Chapitre 16 : ici

CABINE DE PILOTAGE, cargo l’Insondable

- Donc... Pour que je comprends bien... On le prend avec nous parce que quoi..?

- Parce qu’il a besoin d’un taxi et qu’il a eu la bonne idée de me menacer de vendre Ailein.

- De vendre Ailein ?

- Mais oui... Elle a une prime sur la tête, pour avoir collaboré avec Czerka, tu pourrais pas suivre un peu ? Et puis parle bien on n’est pas chez ta famille de ploucs là.

Aven’Za’Ash donne une tape sur la tête d’Azavel, légèrement agacé par la lenteur d’esprit de "sa" fille, mais sans méchanceté aucune.

- J’peux pas me séparer d’elle, tu sais qu’on bosse bien et puis sans ce fantôme bizarre à bord, ce serait moins marrant, en plus c’est la seule fille donc il faut qu’elle s’occupe de toi. Et au moins, avoir un mercenaire avec nous qui, a priori, peut coopérer, ça peut pas faire de mal.

- Ailein, d’abord, c’est pas un fantôme ! répond la gamine, condescendante.

Za’Ash soupire, blasé, alors qu’Ailein, à son poste derrière, secoue la tête d’indignation.

- Comment tu peux être aussi... Mignonne, quand tu lis tes bouquins qu’t’es sage et tu fais intello, et en même temps rien entraver dans une discussion normale ? Bref qui t’a demandé d’arrêter de bosser ? T’as des soutes à briquer, casse toi, je t’ai pas ramenée pour que t’aies le nez dans les étoiles.

- Encore une question Twi’Lek... Il va rester combien de temps le mercenaire ?

- J’en sais rien et c’est bien l’problème. Aucun invité devrait monter à bord tant que la date de son départ est pas fixée. J’espère qu’il mange pas trop, déjà qu’avec toi, en pleine croissance, ça coûte un bras...

- C’est pour le don d’organe quand tu paies avec un bras ?

Le Twi’Lek regarde Azavel avec un certain étonnement, un instant hébété. Puis comprenant que sa protégée a sincèrement pris l’expression "coûter un bras" au sens littéral, il la pousse vers la porte de la cabine avec empressement pour se débarrasser au plus vite de l’humaine en pleine phase de bêtise.

- Allez vire moi d’là, tu vas m’embrouiller les lekkus avec ta stupidité, gamine. Et t’as intérêt à c’que ça brille !

Alors qu’il actionne la fermeture de la porte, il revient s’asseoir lourdement sur son siège, visiblement fatigué. Il se passe les mains sur le visage et s’accoude, front posé sur le poing, à son tableau de bord, pour un moment de répit.

- On va pas s’en sortir avec ces numéros, soupire-t-il.

- Surtout que je ne suis pas garante de l’éducation de la petite. C’est la vôtre, c’est vous qui l’avez ramenée, pas moi.

Il se redresse, excédé. Alors il rétorque, certes agacé, ferme mais non agressif :

- Bon dites donc ma dame, on va pas se prendre le bec comme des vieux mariés sur le sujet encore, si ? Vous êtes dans mon vaisseau vous suivez mes ordres.

Elle dodeline discrètement de la tête.

- Je regrette ce ne sont pas mes attributions. En outre, je n’ai aucune expérience en formation de personnel. Fin de l’argumentation.

- De toute façon avec vous c’est toujours les mêmes discours, grommelle Za’Ash. Enfin bref, on a quitté Comète mais on n’a ni cible, ni destination, ni rien.

- Naakla sait peut-être où aller.

- Ah super en plus je vais devoir aller lui demander son avis à celui-là. Faites le, vous, il vous aime bien et vous aussi.

- Compris.

La dame s’exécute illico sans broncher, et quitte furtivement la pièce.

Elle trouve Naakla avec l’enfant, dans les soutes, lesquelles sont vides. Ils rient ensemble, mais la petite ne travaille pas pour autant. Ailein s’approche, rapide, saisit Azavel par la nuque et lui balaie les pieds d’un geste sec, de manière à ce qu’elle se retrouve à genoux, alors que Naakla pousse un "hey" de surprise. Puis, la dame pousse le seau, outil de travail de la gamine, du bout du pied vers celle ci, sans un mot. Le geste est suffisamment explicite et la jeune humaine se remet fissa au travail, brossant le sol vigoureusement.

Ailein l’observe une minute, laissant son regard peser sur Azavel pour qu’elle courbe davantage l’échine. Elle relève ensuite la tête, inspecte le mercenaire quelques secondes avant de l’enjoindre à la suivre. Tandis qu’elle le mène tranquillement vers le couloir qui donne sur la cabine de pilotage, elle l’interroge.

- Destination ?

- Euh, wow j’ai pas encore l’habitude, ironise le mercenaire sur la façon de converser d’Ailein. Eh bien je... Selon ce que m’ont dit les exécuteurs restants... Mince alors, pourquoi il voudrait quitter Comète ? Ça n’a pas de sens, c’est là que vont tous les fuyards, on ne fuit pas la lune des fuyards !

- Vous avez fui la lune des fuyards.

- Hé, ho ! Moi c’est pas la même. C’est sa faute, s’il était encore là j’aurais pas fui !

- Peu importe. Destination ?

- Pour l’instant je n’sais pas où il est parti. Tout ce que je sais c’est qu’il a pris un vaisseau mais il n’a pas encore fait d’arrêt.

- Quelles sont les données ? Carburant, capacité, personnel à bord, type de vaisseau, situation astrographique actuelle ? Vous savez peut être au moins où il se trouve actuellement, même s’il est en mouvement on doit bien pouvoir le suivre, réagissez un peu. Il a un nom ?

- Euh je... Oui. Il s’appelle Vic.

- Vic ? C’est tout ? C’est comme ça qu’on va le retrouver ?

- Non mais euh... Il est parti vers... Taris, dans ce coin là.

- Ça veut dire qu’il suit la voie Hydienne.

- Ouais, ben, j’ai pas dit le contraire.

Ailein s’arrête net, Naakla, emporté par son élan, la devance et fait volte-face.

- A quoi vous jouez, mercenaire ?

- A quoi, quoi à quoi je joue ? J’ai l’air de jouer ? Je joue pas. Si je jouais je dirais "le dernier dans la cabine de pilotage est un bantha" et je partirais en courant.

Ailein dodeline de la tête, ne donnant pas l’air d’être amusée par la plaisanterie.

- Sincèrement je ne vois pas de quoi vous voulez parler.

- Vous n’avez pas l’air très au courant de la chose qui vous tient le plus à cœur. C’est étrange. La dernière fois qu’on vois a demandé où chercher vous nous avez orientés vers l’espace Hutt, et maintenant, Taris..?

- Non, alors là y’a une explication très simple à ça : Je suis tout seul.

- Incorrect.

- Non mais, rah faites un effort vous aussi ! Mais tout explorateur galactique, mercenaire et en général dans toute autre profession entrainant des voyages et des aventures a travers l’espace, comme chez les Mandaloriens, bon bah quand on est dans une équipe y’a le mec hyper doué en communications qui peut tout choper rien ne lui résiste, le mec qui peut tout pirater, le mec super balèze genre mastard, le pilote, et le beau gosse fine gâchette. Et moi je suis l’beau gosse. Très bon tireur et excellent combattant, évidemment. Mais pour récolter les infos et tout... J’suis un gros tocard. J’suis tout seul Ailein.

- Et vous n’avez pas d’amour propre.

- Si mais... Faut que j’sois un peu honnête avec vous sinon j’vais me faire jeter au premier spatioport.

- Nous avons besoin de tout ce que vous savez. Faites vous violence et on vous aidera.

Elle le laisse planté là et poursuit sa route dans le couloir pour rejoindre Za’Ash. Il l’interpelle.

- Attendez, juste...

Elle s’arrête, pour l’entendre parler, mais ne fais pas un geste de plus dans son sens. Il soupire, bras ballants.

- J’voulais pas vraiment vous vendre hein mais fallait bien que j’arrive à le convaincre. M’laissez pas en plant. Vraiment.

Ailein reprend sa marche sans un regard en arrière, elle secoue un peu la tête, contrariée de l’attitude nettement moins charismatique de l’humain, tandis que Naakla, un peu dépité -il profite que le couloir soit vide pour se délester un instant de son image d’homme fier et sûr de lui- s’appuie sur la baie d’observation, le front directement collé au vitrage. Avec une moue déconfite, il observe les étoiles, inquiet.

- Vous venez ?

La voix d’Ailein résonne au bout du couloir tandis qu’on entend s’ouvrir la porte de la cabine. Ravalant son désarroi, Naakla s’y rend d’un pas décidé.

Les trois se retrouvent donc dans la cabine, Za’Ash fait pivoter son siège pour faire face au duo mais il a l’air contrarié.

- Bah alors, ça s’fait pas de faire grise mine quand on est vert, lance le mercenaire, qui se prend un coup de coude d’Ailein en plein visage aussitôt sa phrase achevée.

Naakla s’excuse en se passant la main sur le nez pour vérifier que celui est toujours à sa place.

- Désolé je peux pas m’en empêcher, quand j’suis dans la même pièce qu’un alien un peu marrant je... Enfin je... J’veux dire, ouais pardon, c’est tout.

Le Twi’lek fulmine mais tente de contenir son mécontentement. Il prend une grande inspiration et expire lentement, pour donner à chacun le temps de se calmer et se donner à lui même l’occasion de ne pas hurler.

- Bon. Alors. On va par où.

- Voie Hydienne. Dernier contact estimé sur Taris. Mais rien ne prouve que c’est bien dans cette direction que le dénommé Vic s’est envolé, comme rien ne dit qu’il a fait escale sur Taris...

- Super. Une idée, champion ? demande le Twi’lek à l’humain en face de lui d’un air méprisant.

- Je... Pense qu’on devrait redescendre sur Comète... Et cette fois j’serai discret, promis... Comme ça on demande des infos aux Exécuteurs ça nous aidera peut-être ?

- Et vos poursuivants ? S’ils sont arrivés sur Comète ? S’ils vous trouvent ? interroge la dame.

- Qu’est-ce qu’on s’en fout, coupe Za’Ash. De toute façon on l’aime même pas et s’il se fait découper en rondelles par ses potes, il pourra pas vous dénoncer à qui que ce soit.

Pendant un moment de flottement, ils se regardent, ou plutôt Za’Ash et Ailein fixent Naakla d’un air entendu, tandis que ce dernier, moyennement convaincu, les observe tour à tour en espérant une meilleure idée.

- Sinon je reste là et vous...

- Aha bien sûr et tu pars avec le cargo ? Franchement j’serais prêt à dire merci si tu embarques la petite mais mon vaisseau me tient trop à cœur pour que je te laisse faire. Tu viens, tu vas voir tes faucheurs et on repart aussi sec. T’iras avec Ailein moi j’ai un business à faire tourner et tu m’as suffisamment distrait la dernière fois.

- Bien si c’est entendu, que chacun soit prêt à redescendre sur Maha-Tent, on part demain à la première heure, tranche Ailein avec fermeté.

Sans dire un mot de plus, chaque protagonistes acquiesce en silence puis chacun retourne à ses occupations : Aven’Za’Ash se penche sur ses holocartes, Ailein disparaît dans sa cellule et Naakla s’isole lui aussi pour réfléchir aux questions à poser aux Exécuteurs.

À suivre...
© Morglaz McLeod


Commentaires