Sien nom - une fanfiction de Morglaz : Chapitre 19

lundi 26 août 2019
par  Dark Funifuteur
popularité : 9%

Quatrième chapitre de la seconde partie de la fanfiction mettant en scène les personnages de Morglaz, voici le dix-neuvième chapitre :
le Chapitre 1 est disponible ici
le Chapitre 2 : ici
le Chapitre 3 : ici
le Chapitre 4 : ici
le Chapitre 5 : ici
le Chapitre 6 : ici
le Chapitre 7 : ici
le Chapitre 8 : ici
le Chapitre 9 : ici
le Chapitre 10 : ici
le Chapitre 11 : ici
le Chapitre 12 : ici
le Chapitre 13 : ici
le Chapitre 14 : ici
le Chapitre 15 : ici
le Chapitre 16 : ici
le Chapitre 17 : ici
le Chapitre 18 : ici

Navette de transit, ORBITE DE MAHA-TENT

- T’as pas autre chose à te mettre, non ? Sérieux, pour passer inaperçu, bonsoir hein !
- Moi au moins je suis pas vert caca.
- C’est tout ce que t’as en stock ? Parce que ça m’atteint pas, c’est vraiment moisi même, comme réponse...
- C’est p’t’êt’ moisi, mais c’est vrai, conclut Naakla un brin moins amusé qu’à l’accoutumée.

Toujours vêtu de son armure, il a l’air sombre, la mâchoire serrée et le regard sérieux. Assise à l’avant de la navette que conduit Za’Ash, Ailein, égale à elle-même, se tourne vers Naakla qui lui, est installé derrière le capitaine, pour le fixer du regard. Les lignes éternellement neutres de son casque ne cessent de lui donner un air fantomatique, subtilement accentué par les tons clairs de sa livrée.

Tous trois reposent pied sur Maha-Tent, et alors que les garçons ont la mine grave, Ailein, à cause de son casque à l’expression si douce, paraît presque joyeuse à côté d’eux.
Ils foncent droit devant eux, fendant la foule jusqu’au vaisseau échoué, grimpent les étages et terminent au prix de longues bousculades dans les "rues" bondées de Comète-Mouroir devant les quartiers des Exécuteurs. Impossible cependant de franchir la porte et d’accéder ne serait-ce qu’au "sas" d’attente ; non pas que la porte fut gardée, mais elle était tout simplement scellée.

- Bon euh... Ils sont en pause déj’ ou quoi ?
- Qu’es-ce qu’on fait..?

Ailein ne se fait pas prier pour mener son enquête. Se poser des questions entre eux alors qu’ils n’ont pas les réponses n’a pas de sens et ne les fera pas avancer, pas plus que le fait de rester plantés là les bras ballants. Redescendant quelques étages pour atteindre des niveaux plus peuplés, suivie de Naakla et Za’Ash toujours surpris à la fois par cette porte fermée et par l’activité d’Ailein qu’ils ne comprennent pas encore, cette dernière s’enquit de la situation auprès de quelque tenant d’échoppe - demander à des passants présente trop de variables : Ce passant est-il ici depuis longtemps ou vient-il d’arriver ? Dans le premier cas de figure, connaît-il les exécuteurs et sait-il pourquoi ils sont indisponibles ? Est-il disposé à donner des réponses ? Trop de questions à poser.
Alors qu’un "propriétaire", en revanche, qui fait un peu partie des coulisses de Comète, est nécessairement là de manière quasiment ininterrompue et en sait probablement bien plus que le chaland lambda.

- Une belle ceinture en cuire de dewback pour la dame ? J’ai des protège-lekkus en wraid de première qualité pour le monsieur ! Ne laissez pas vos lekkus prendre froid, vous n’avez pas le temps pour un mal de crâne lors de vos expéditions ! fanfaronne un marchand aussi large que haut, tout bleu, avec d’énormes oreilles difformes et un nez allongé en forme de trompe.
Alors que le Twi’Lek, sans réfléchir, fouille déjà ses poches à la recherche d’une puce de crédits afin d’acheter -compulsivement- l’article proposé, Ailein se penche vers le vendeur, en quête d’informations.

- Vous connaissez les Exécuteurs ?
- Oui...
- Vous savez pourquoi on ne peut pas aller les voir ?
- Non je sais pas. Enfin je sais pas pourquoi ils sont partis. Enfin je sais pourquoi ils ont fermé la porte mais je ne sais pas pourquoi ils sont partis. Enfin, je crois que je sais pourquoi ils sont partis mais je sais pas si c’est vrai...
- Merci.

La dame se lève et fait volte-face avec la détermination d’un agent en mission, sans broncher. Elle quitte la niche qui sert de boutique au petit être bleu tandis que les garçons, dociles, se pressent à sa suite sans s’inquiéter. Ils savent qu’elle est imperturbable et qu’il n’est pas utile de la déranger. Il suffi de la suivre et de la laisser travailler. Elle dévale les escaliers, longe les murs et serpente entre les individus agglutinés dans les couloirs. Comète-Mouroir semble ne jamais désemplir, à se demander comment les habitants réguliers et permanents supportent cette incessante frénésie et le bourdonnement assourdissant qui l’accompagne.

La voilà arrivée devant l’Antre de la Mort.

Elle s’engouffre dans la cantina qu’elle a découverte précédemment, la traverse et gravit les marches qui la séparent du bar central. L’alien aux quatre bras qu’elle y avait déjà croisé tient toujours son poste au bar, auquel elle va s’installer en invitant Za’Ash à faire de même avant d’apostropher le barman. Naakla, lui, préfère aller s’accouder à la rambarde qui surplombe la piste de danse pour se moquer des danseurs...

- Hé. Vous connaissez les Exécuteurs ?
- D’abord mienne question, répond-il d’une voix abyssale dans un basic approximatif. Vous boir quoi ?
- Une bière corellienne. Vous connaissez les Exécuteurs ?
- Hm-hm, acquiesce l’alien en servant le breuvage à sa cliente.
- Merci. Vous savez pourquoi on ne peut pas aller les voir ?
- Vous pas compris. Chacun sien tour. Mienne question. Comment vous boire ?
- Je... Je ne bois pas en public. Je suis... Timide. A moi : Pourquoi on ne peut pas aller les voir ?
- Ils partis. Ils perdu ami. Ils cherchent ami.
- Dites m’en plus...
- Vous... Pas voulez montrer sienne tête ?
- Euh.. Non. Je suis vraiment très timide.
- Comment vous boire sienne bière alors ?
- Pas si vite l’ami, c’est mon tour. Dites m’en plus sur les Exécuteurs. Je... Nous avons besoin de mourir.
- Vous pas montrer sienne tête parce que vous avoir été cherchée, alors que Comète pas vendu.
- Ouais euh... Restez sur des phrases simples quand même... C’est pas pour moi que je cherche les Exécuteurs. Alors répondez moi maintenant : Comment faire pour mourir, si les Exécuteurs ne font plus le travail ?
- Hm. Un jour, mien client de Rishi parlé course sportive pour gagner autorisations. Pour changer sien nom. Mais, sienne course, très plus dure que méthode des Exécuteurs.
- Rishi ? Mais, vous savez comment il s’appelle ?
- Sien, Vic. Et vous, sien nom ?
- Aia.

Ailein conclut la conversation, regardant manifestement droit devant elle en essayant de donner un sens à toutes ces informations. Tout en y réfléchissant, elle fait glisser le gobelet de bière vers le Twi’Lek à sa gauche, d’un geste sec et vif, ce qui a pour effet de renverser, par réaction, un peu de houblon sur le bar. L’alien à la grammaire plus que bancale s’extasie devant ces quelques gouttes qu’il glane à la raclette. Aven’Za’Ash, médusé par ce qu’il vient d’entendre, boit mécaniquement le verre de bière corellienne et gardant les yeux grand ouverts, ronds d’étonnement. Quant à Naakla, il attend patiemment les deux autres...
-Qu’est-ce que ça veut dire ? Je croyais qu’il fallait se débrouiller, que genre les Exécuteurs n’en avaient rien à faire qu’y en ait un qui se soit cassé... s’étonne le capitaine une fois le choc épongé par l’alcool. Vous savez quoi ? J’ai un plan : on se ire, on se fond dans la masse en laissant le mandalorien ici, on regagne la navette puis le vaisseau, ensuite de quoi on se tire, on va sur Rishi, on choppe la troupe d’Exécuteurs à deux balles au grand complet et on vous fait une nouvelle identité. Bingo, vous êtes de nouveau en sécurité et vous êtes une nouvelle personne sans antécédent douteux, on n’a plus l’autre humain dans les pattes et tableau final : on reprend du service sur des bases saines. Qu’est-ce que vous en dites ? Vous, moi, notre mioche, une vraie petite famille... Vous pourriez même enlever votre casque et nous montrer la beauté que vous êtes. Parce que vous êtes une beauté, rassurez moi ? Parce que c’est sûr que si vous êtes moche du coup... Enfin ce que j’veux dire c’est que ce sera notre secret et que vous n’aurez plus jamais à avoir honte. Je vous accepterai. J’vous connais, et puis, c’est pas que du physique entre nous. C’est du business.

Sa compagne le fixe un petit moment, en silence, avant de rétorquer sèchement :

- Non. Vous avez un marché avec Naakla. Vous ne devez pas le doubler. Deux exemples : Vous n’avez jamais essayé de doubler Czerka et vous avez eu sous sa houlette une carrière florissante. Czerka a doublé ses acheteurs en vendant des armes à une puissance galactique et aux ennemis de cette dernière afin de multiplier ses recettes : désormais, cette corporation n’est plus qu’un lointain souvenir qui ne survit que par ses fantômes, comme moi. Réfléchissez.
- Imparable... M’enfin à ne pas le lâcher j’vais finir par croire qu’il vous a hypnotisée, l’mollusque.
- Non.
- Vous êtes quand même pas amoureuse !
- Non.
- Ouais bah, tant mieux. Mais dans ce cas pourquoi vous tenez autant à lui ?
- Il a du potentiel.
- Vous savez y’a pas d’place pour deux hommes à bord de mon vaisseau.
- Et Jack ?
- Mais Jack c’est un boulet, pas un homme !
- Hm. Sévère. Mais... Jack n’est pas des plus charismatiques.

À suivre...
© Morglaz McLeod


Commentaires